Micro-entrepreneur et micro-entreprise

Simplicité de la micro-entreprise

Créer une micro-entreprise est simple, mais surtout, c’est la gestion d’une micro-entreprise qui est simplifiée.

Simplicité de création

On l’a vu, les démarches de création d’une micro-entreprise sont extrêmement simples, et peuvent être effectués en ligne.

Si cette inscription peut obliger à suivre ensuite un stage de gestion, c’est que l’activité choisie oblige à cette formation obligatoire, et qu’il n’est pas possible d’y échapper avec un autre statut juridique.

Il en est de même en matière d’assurance : les assurances qui s’imposent à un micro-entrepreneur sont les mêmes que celles des autres entreprises.

Au final, si créer une micro-entreprise reste créer une véritable entreprise, avec toutes les contraintes que cela implique (en matière de responsabilité notamment, il faut en prendre conscience !) les obligations d’un micro-entrepreneur sont aussi limitées que possible.

Simplicité de gestion

Attention, dès lors qu’une entreprise ou une société est créée, l’indépendant devient responsable de l’établissement des états financiers de son entreprise individuelle ou de la société créée. En cas de non dépôt des liasses fiscales annuelles obligatoires, le fisc et les caisses de cotisations sociales poursuivent l’entrepreneur selon des procédures pénales qui s’accompagnent d’appels de cotisations forfaitaires.

Aussi, la gestion comptable d’une entreprise est-elle généralement sous-traitée à un expert-comptable qui va :
- éventuellement établir les déclarations sociales des travailleurs non salariés, ainsi que les déclarations de TVA,
- établir la comptabilité à partir des pièces comptables (factures clients, fournisseurs, déclarations sociales et fiscales),
- établir les états financiers,
- les transmettre au service des impôts (obligatoirement sous forme informatique).

Au final, le coût de cette gestion comptable s’élève, pour une TPE, à environ 1.000 euros par an.

Avec une micro-entreprise, ce coût est nul puisque la comptabilité est très simplifiée, et que c’est le chiffre d’affaires qui est à déclarer (addition des factures clients), pas le résultat (à obtenir suivant des règles comptables strictes).

Absence de TVA

L’absence de facturation de TVA n’est pas toujours avantageuse car elle empêche la récupération de la TVA déductible payée sur les achats de l’entreprise. Mais là encore, l’absence de TVA entraîne une simplification de la gestion et permet une comptabilité allégée. En effet, pour permettre le suivi de cette TVA, dès qu’une entreprise devient imposable à cette taxe, elle a l’obligation de tenir une comptabilité classique.

On le comprend indirectement : une entreprise qui ne récupère pas la TVA ne subira pas de contrôle fiscal pour vérifier la collecte de cette taxe.

Simplicité de la liquidation

Pour mettre fin à son activité, la procédure est aussi allégée pour une micro-entreprise, et la liquidation est même automatique dès lors que le chiffre d’affaires déclaré est nul durant 24 mois.


A lire également



Micro-entrepreneur et salarié

Plan du site | Partenaires | Légal | Contact